Ma petite sortie de la journée - Laura Evans

Mon blogue

Ma petite sortie de la journée

Ma petite sortie de la journée - Laura Evans

Ce n’était qu’une petite sortie qui s’annonçait bien ce matin, mais qui n’était pas supposée durer très longtemps. J’ai prévu le coup, et j’ai choisi de laisser mon travail pour après le rendez-vous galant qui m’attendait ce matin. On s’est donné rendez-vous au petit restaurant du coin pour 11h00, et on devait seulement aller prendre un café.

Quand la personne s’est pointée à l’endroit désigné, pour qu’on se rencontre en personne pour la première fois, elle m’a tout de suite avoué qu’elle n’avait pas encore mangé. Nous sommes alors entrés dans le restaurant, mais malgré sa faim, on a commandé que deux breuvages. C’est bizarre, mais je n’ai rien dit à ce sujet, même si en mon for intérieur, mon instinct me disait qu’il faudrait, rendu à cette heure tardive, se mettre quelque chose sous la dent. Par contre, j’avais décidé de tenter d’aller dans un autre restaurant plus tard, puisque l’heure du dîner approchait, et j’allais certainement avoir faim bientôt.

La discussion allait bon train, mais malgré cela, je ne me sentais pas vraiment à l’aise. Je n’aime pas quand quelqu’un rit toujours nerveusement, pendant que je parle, ni quand c’est évident, que nous ayons un quotient intellectuel très différent. Je n’ai rien contre ceux et celles qui sont dans la moyenne, mais j’ai besoin d’être avec quelqu’un qui peut me stimuler intellectuellement, sinon, je m’ennuie à en mourir. C’était le cas ici, et je n’aimais pas ça du tout. Un des sujets les plus stimulants de l’avant-midi, était notre possibilité d’attraper des coups de soleil, ou se retrouver avec une nouvelle tache solaire de plus sur le visage. Ce n’était donc pas très excitant.

J’ai tout de même proposé d’aller prendre une bouchée dans un petit restaurant local, très chouette et très santé. Les repas qui y sont servis, sont complets et excellents pour la santé. Ce qui m’a donné un autre indice que ça ne marcherait peut-être pas entre nous deux, est la moue qui est apparue sur son visage. Encore une fois, je n’ai pas aimé ça du tout. Le fait que ce n’était pas un restaurant qui servait de la boisson gazeuse, et soit de la pizza ou des hamburgers, ne faisait pas son affaire. J’ai donc mentionné qu’on pouvait aller ailleurs, mais au bout du compte, on est entré dans le restaurant que j’avais proposé.

J’ai commandé pour moi, un bol de quinoa avec des légumes, des pousses, et du tofu mariné. J’ai aussi commandé, pour la personne gênée, une crêpe faite avec du Nutella-maison, et des fruits. Encore une fois, j’ai dû accepter une déception : presque toute la crêpe, et une part importante des fruits, ont été laissées dans l’assiette. Quel gaspillage !