Une collection de tasses - Laura Evans

Mon blogue

Une collection de tasses

Une collection de tasses - Laura Evans

J’ai une amie qui a vécu en Angleterre presque toute sa vie. Elle en a rapporté une collection incroyable de tasses, qu’elle utilise selon le moment de la journée. Pour le déjeuner, des bols évasés décorés de fleurs et de fruits ne servent que pour manger des céréales. Pour boire du thé ou du café à ce moment de la journée, des tasses hautes sont prévues. Elles sont assorties entre elles et je sais que si l’une venait à casser, mon amie serait désespérée. Elle les avait trouvées à Londres et elle ne pourrait jamais en avoir de semblable, maintenant qu’elle vit dans notre pays. Elle a aussi des soucoupes et des petites tasses qui ne sont utilisées que pour boire le café après le repas du midi. Elle verse le thé de cinq heures dans d’autres récipients, encore, au rebord fin, sur lesquels sont dessinés des papillons et des fruits des bois. Si je soupe chez elle, l’infusion du soir sera présentée dans une tisanière.

J’entrepris de faire une collection de tasses, tisanières et bols dans le même genre que mon amie. Au cours d’un voyage en Angleterre, je réunis un assortiment conséquent de ces objets. Je les emballais avec soin et je les rapportais chez moi. J’avais un rendez-vous en ville peu de temps après avec mon conseiller financier. Mon amie d’origine anglaise, habitait dans un quartier proche du lieu où je devais me rendre. Je l’appelais pour lui demander si je pouvais lui rendre une petite visite. Elle était à son appartement et elle me reçut avec empressement. Elle voulait que je lui raconte ce que j’avais vu de sa patrie.

J’avais avec moi, un cadeau que je lui avais rapporté de Londres. J’étais allé dans un grand magasin très réputé où je savais que mon amie se fournissait en vaisselle lorsqu’elle était de passage dans la capitale du Royaume-Uni. J’avais reconnu parmi toutes les séries une de celles qu’elle possédait. Je lui avais donc pris une tasse qu’elle avait cassée en la mettant dans le lave-vaisselle, comme elle me l’avait expliqué dans un message qu’elle m’avait envoyé pendant mon voyage. Lorsqu’elle vit mon présent, elle fut émue que j’aie pensé à elle. Elle lava prestement le cadeau et elle dérogea à ses règles habituelles en me proposant un thé dans sa série enfin complète. Elle prépara avec soin un lapsang souchong. Son arôme fumé était une promesse de délectation des plus agréables. Nous avons dégusté en silence le merveilleux breuvage, profitant pleinement de cet instant suspendu dans le temps, de ce moment de calme et de sérénité.